Grèce II – l’île d’Hydra

Le lendemain matin nous partons à l’aube au port du Pirée bien que le départ de notre brave Flying Dolphin ne soit pas prévu avant 9h30. Une fois n’est coutume, nous préférons jouer la carte de la précaution, prendre en compte les avertissements de notre très bavard et assez malheureux chauffeur de la veille selon qui le matin, c’est de la folie pure dans les rues athéniennes.  Ainsi nous partons avec une heure et demie d’avance pour nous rendre compte qu’il fallait à peine 15 minutes pour couvrir le trajet entre l’appartement et le port. Nous n’avons d’autre choix que de faire passer le temps. Après un court moment d’hésitation et de regards échangés, on s’installe dans le seul et unique café ouvert et commandons nos pitas aux épinards et au chocolat, bien grasses et paradoxalement réconfortants. Les pitas, mais finalement l’ambiance intemporelle du café ainsi que ses habitués me rappellent vaguement une autre époque, celle de mon enfance, les pirochki dégoulinant de graisse, une décor vieillot déjà à l’époque, la peinture écaillée, les papys moustachus aux pantalons difformes.


Alors, quoi qu’on vous dise sur le confort et la stabilité du Flying Doplhin, ne vous y fiez pas. Il tangue à la vue de la moindre vague, se cabre, s’immerge jusqu’aux hublots dès que l’occasion se présente et émet une odeur de mazout absolument étouffante. Ce n’est que hasard et miracle si nous ayons pu accoster sains et saufs au port d’Hydra après 90 minutes de terreur et de prières pour ma part et de calme (feint, j’en suis certaine) légèrement moqueur pour lui.

Nous débarquons donc sur cette île mystérieuse où nulle voiture ne roulera et l’unique moyen de se faire transporter sera à dos d’ânes (ou de mules, la question restera ouverte). Nous préférons à pied surtout que le descriptif de l’hôtel me permet de croire qu’il se trouve à 200 mètres du port. Un coup d’œil sur la carte et nous nous enfonçons dans l’indescriptible réseau de venelles et d’escaliers, accompagnés du doux bruit de nos valises de 20 kilos roulant sur les pavés. On monte, on descend, on esquive quelques crottes (car oui, qui dit ânes, ou mules… même si c’est très propre), on perd l’espoir, on vérifie. En repartant plus tard en ville pour dîner nous découvrirons évidemment qu’une rue large de 5 mètres rejoint directement l’hôtel à partir du port, aucun escalier, à peine deux crottes.

Iannis, un jeune homme dynamique et plein à craquer d’un rire retentissant nous attend et nous explique tout ce qu’il faut savoir. Surtout que c’est un ancien manoir qui appartient à la même famille depuis 1810 (on émet tous les deux un petit bruit admiratif et sincère), qu’il a été transformé en hôtel en 2013 par deux frères qui vivent à Athènes et dont un est professeur et l’autre médecin. Il nous sert des cerises aigres, faites maison par la maman. Ni mes compliments ni mes supplications n’y changent rien, pas de vente de cette petite merveille ni de recette.

L’ensemble est très chic, rempli d’antiquités, moderne là où il faut c’est-à-dire côté salle de bain où je suis particulièrement ravie de découvrir toute une gamme de produits Korres, une marque de cosmétiques organiques grecque dont m’a parlé ma copine Ülle avant le départ comme d’un must. L’hôtel est doté de deux terrasses, l’une orientée vers la ville mais nous ne profiterons malheureusement pas de celle-ci car les soirées sont malgré la latitude fraîches en ce début novembre, et d’une autre qui s’ouvre sur les cours intérieures et les collines les surplombant où nous prendrons par la suite tous nos petits-déjeuners. Pas de surprise, ces derniers seront riches et savoureux et les cerises aigres (plutôt sucrées enfin de compte) seront de la partie pour mon grand plaisir pour accompagner un bol de yaourt.

 

Que faire sur cette île habitée par les ânes (ou les mules) et les chats et où les rues sont bordées d’orangers croulant sous les fruits ? Oui, les orangers m’impressionnent toujours autant bien que je sois au courant depuis mon tout premier voyage en Espagne il y une dizaine d’années. Pour une fille du nord ça restera toujours le summum de l’exotisme, ainsi que les pêchers dans les vergers en France et les grenades (les fruits, pour qu’il n’y ait pas de quiproquo) qui s’explosent au sommet des arbres. Nous y passerons trois jours et malgré le relativement peu d’activité n’aurons pas le temps de nous’ennuyer.. Un autre rythme de vie s’impose à nous tout naturellement. Plus lent, plus dolent, plus rêveur. J’en oublie même de vérifier mon compte Instagram, mon courriel, mon emploi du temps des semaines à venir.

Iannis nous a tout gentiment prodigué des conseils sur les promenades à effectuer et les quelques rares restaurants encore ouverts en cette arrière-saison. C’est en nous fiant à lui que nous prendrons notre tout premier déjeuner insulaire dans une taverne familiale, Paradosiako, la même qui après de nombreux tests s’avèrera avoir la meilleure taramosalata et la meilleure aubergine fumée de la Grèce (talonnée de près par celle de ManiMani mais j’y reviendrai). Crevés par nos aventures matinales et par les repas sûrement plus riches que ce dont nous avons l’habitude, nous décidons de retourner à l’hôtel pour lire et nous reposer. En route nous passerons par la fameuse fabrique artisanale de gâteaux aux amandes Tsangaris (depuis 1930) que nous ne manquerons pas de goûter. Il faut dire que je trouve leurs baklavas également excellents au point où je me vois contrainte d’y retourner chaque après-midi. Douillettement installés dans notre lit et munis chacun d’un livre (moi en l’occurrence du dernier tome des aventures du pharmacien Meclhior par Indrek Hargla) nous finissons par nous endormir pour ne se réveiller qu’à l’heure de l’apéritif.

Au cours de ces trois jours nous aurons l’occasion de tester presque tous les restaurants et tavernes encore ouverts. J’en garderai deux finalement. Le tout premier car… taramosalata et aubergine fumée et Kodylenia’s que nous découvrirons le deuxième jour au cours de notre promenade côtière (le sentier à droite en sortant de la ville). Le restaurant se situe à peine à une quinzaine de minutes du port et peut se vanter d’une magnifique terrasse avec vue sur le petit port de pêche . Ce jour-là il fait très beau. Bien abrités du vent, nous laissons tomber nos vestes et gilets et profitons pleinement de toute cette vitamine D offerte gracieusement par la météo hellénique. Nous y prenons comme d’habitude de la taramosalata, une salade verte et du poisson grillé (pêche du jour) accompagnés d’un pichet de vin blanc frais et fruité servi selon la coutume dans un gobelet en métal couleur cuivre. Un moment paradisiaque pour ceux qui ont déjà connu la première neige à la maison.

Lors de notre séjour nous ferons une autre promenade, un peu plus sportive celle-ci. En faisant confiance à Iannis, sur ce qu’on imagine être un sentier de randonnée et qui devrait au bout de 4 km et quelques 550 m de dénivelé positif nous amener voir un monastère. Malgré les indications, nous nous perdons rapidement à l’orée de la ville. Plus de chemin, plus de sentier, un vieux fermier avec son cheval passe et son chien aboie de méfiance en nous voyant. Nous tentons un passage à travers les collines et la végétation rêche pour nous rendre compte de l’impossibilité de localiser notre destination en se fiant uniquement a une vague idée de l’endroit où celle-ci pourrait se trouver (les fils électriques convergent bien par-là, non ?). Nous revenons sur nos pas, examinons la dernière flèche et ses alentours et débouchons finalement sur un semblant de sentier qui nous permet de rejoindre le joli chemin pavé et menant au monastère. Evidemment, le vrai chemin passait juste à côté, derrière la petite église, nous le voyons bien au retour.

Peu de promeneurs, nous profitons du calme et de vues superbes sur la ville d’Ydra et sur le port. La montée n’est pas particulièrement difficile, ombragée par des pins majestueux mais malgré tout nous transpirons tous les deux en arrivant devant le portail. A l’intérieur des murs blancs et pas âme qui vive, le soleil brille, nos voix résonnent dans la cour dépouillée. Un prêtre passe plus tard avec des mules, il les abreuve, les nettoie surement. En sortant je laisse un billet dans la caisse pour les travaux de rénovation contre un sachet de tisane aux boutons de rose sauvage.

Le déluge s’abat sur nous le matin de notre départ. Sous un ciel couvert nous profitons des derniers moments pour prendre quelques photos et faire des achats. Les premières gouttes tombent et très rapidement la ville se transforme en terrain de jeu pour les torrents d’eau en provenance des montagnes. Les rues sont impraticables, l’eau arrive à la cheville et bientôt plus haut. Je vois un gentleman enlever ses chaussures en cuir pour tenter une traversée, nos propres tennis sont déjà irréversiblement trempés. Le vent se lève, je crains de monter au bord du Flying Dolphin mais une fois installée, je m’endors immédiatement et je ne me réveille que de retour à Athènes.

Nous nous offrons une dernière soirée gourmande à commencer par un passage à Heteroclito suivi d’un dîner à ManiMani. Il avait réservé la table et en effet, le restaurant est complet ce samedi soir, à peine une table se libère qu’elle est immédiatement dressée et presque aussitôt investie par de nouveaux clients. Nous ne résistons évidemment pas à l’appel d’une dernière taramosalata en guise d’entrée et nous faisons bien car ici elle est vraiment excellente, plus fine que sur Hydra, plus parfumée. La présentation des plats est soignée, pleine de couleurs, graphique. Mon filet mignon me plait bien mais son canard davantage, il partage cet avis. La viande est tendre, parfumée, riche, une explosion de textures et d’arômes. Et les desserts, décadents, suaves, doux, ils nous donnent l’envie de nous plonger dedans. Nous sortons repus et satisfaits, déterminés à revenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s