Une envie de douceur

Depuis que nous vivons à Tallinn, et d’une manière assez paradoxale puisque ça aurait tout de même été plus facile et plus pratique avant, nous passons la plupart de nos vacances aux quatre coins de la France. Ainsi pour les vacances d’hiver nous avons loué un petit appartement dans le Marais et avons profité d’une semaine parfaitement parisienne loin de notre petite chérie qui elle était choyée pendant ce temps-là par ses grand-parents. Voir Paavo Järvi à la tête de l’orchestre symphonique de la NHK dans la nouvelle salle de la philharmonie de Paris a été un moment fort de ce voyage. Pour lui, c’était une occasion d’y revenir après avoir inauguré la salle le 14 janvier 2015, pour nous de le revoir encore une fois à Paris, un peu hors temps et de l’espace comme si nous nous trouvions dans un monde parallèle qui aurait pu être mais qui n’est pas. Sur le chemin nous nous sommes même arrêtés dans un bar à vin ou nous avions donné rendez-vous à un ami, chose assez extraordinaire car cela ne nous arrive jamais à la maison. Croissant ou baguette fraîche et confiture d’abricots au petit-déjeuner, un repas léger dans un des nombreux bistrots du quartier à midi (au Temps des cerises par exemple), les après-midi à flâner au marché des enfants rouges ou encore dans les petits cinémas un peu obscurs pour voir le Your name de Makoto Shinkai et un autre film français parfaitement oubliable, des soirées entre amis qui se terminaient alors que les premiers métros avaient déjà débuté leur longue journée. Il y a aussi eu un brunch tout simple, des œufs sur le plat, du saumon fumé, des avocats, du bacon, des éclairs à la fleur de cerisier fabriqués par les très talentueux doigts de T., plein de mômes dans tous les sens, des amis encore et de la famille.

Pour Pâques, nous avons mis le cap sur le Sud en passant par Lyon. Je ne tenterai même pas de décrire la richesse de la scène culinaire lyonnaise en quelques lignes mais tout de même un déjeuner de fruits de mer aux halles Paul Bocuse, d’innombrables tartes à la praline rose de chez Jocteur, sans parler d’exquis plats vietnamiens préparés par ma belle-sœur encore plus savoureux que sur place si j’osais le dire. Nous ne nous y sommes attardés que quelques jours afin de continuer vers le Lubéron et plus précisément vers le minuscule village de Rustrel où une somptueuse villa nous attendait – au Coin des amis. La semaine fut venteuse, ensoleillée, délicieuse, magnifique. Cette fois-ci la petite Irène nous accompagnait et s’est révélée comme un compagnon de voyage parfaitement acceptable si toutefois on cédait à quelques-uns de ses souhaits comme courir après chaque chat aperçu dans la rue, la nourrir uniquement de risottos sinon la laisser dévorer nos plats à nous, et procéder à une sieste de deux heures tous les jours. Nos amis, ces deux tontons de prêt ont eu l’amabilité de prétendre adorer tout cela et j’ai envie de dire qu’ils ne feignaient pas complètement.

Cet été en revanche nous cherchions la fraîcheur et nous avons donc jeté notre dévolu sur la Bourgogne, notamment la campagne profonde, le nord et l’ouest. Nous avons logé au Pigeonnier Colbert tenue par la famille Roy, un endroit exceptionnel en tout point. Il n’y manquait rien, ni la bibliothèque alourdie par le poids de vieux recueils de classiques français, ni le salon avec un douillet coin cheminée, ni les œufs frais qui attendaient sagement d’être dégustés à la coque au petit-déjeuner. La salle de bain-ancienne tour de pigeons que Colbert aurait entretenus pour être informé en temps et en heure du moindre agissement de ses sujets vaut en soi le déplacement. Et je ne parle même pas du jacuzzi en plein air, du Kitchenaid jaune poussin et des chevaux dans la prairie, ni d’ailleurs des pâtisseries et du pain de nos hôtes – c’était aussi beau que délicieux. Beaune nous a beaucoup plu mais aussi Chablis, Bourges, Chavignol (oh les crottins frais de Dubois-Boulay). Nous n’avons évidemment pas su résister à la tentation de nous procurer quelques caisses de Pouilly-Fumé et de Sancerre qu’on a stockées à Paris, faute de pouvoir les transporter à Tallinn dans nos bagages.

Notre passage à Brest chez mes beaux-parents a été plutôt mouvementé cette fois-ci dû à quelques désagréments (deux jours d’hospitalisation pour Irène à cause d’une crise d’asthme viral et un vol de documents de voyage ainsi que de cartes bancaires, rien de mieux pour démarrer les vacances, n’est-ce pas ;). Il me semble cependant que nous nous en sortons plus soudés qu’avant ayant appris à mieux se cerner les uns et les autres dans des circonstances que nous n’avons pas forcément choisies. C’était aussi l’occasion de se faire une cure de fruits de mer de tous genres mais surtout pêchés localement. Les araignées de mer, les homards du Conquet, les huîtres et j’en passe. C’est aussi à Brest que nous avons fêté les 40 ans de mon amour, à Hinoki. Allez-y, c’est exceptionnel, même si c’est la seule et unique raison de votre présence en ces lieux.

A notre retour à Tallinn nous avons été accueillis par une marée de fruits rouges et de girolles, d’immenses melons et pastèques d’Ouzbékistan, des cornichons à de différents stades de maturation et une fraîcheur déjà automnale. Irène a deux ans, elle va à l’école. Le matin, seule dans ma cuisine et toujours nostalgique de ce pays que nous avons quitté il y a deux ans maintenant, je rêve pour elle une enfance douce, embaumée d’odeurs de beurre fondant et de cardamome, saupoudrée de sucre perle et dégustée au goûter avec un verre de lait. J’aimerais qu’elle connaisse les deux, le porridge d’avoine et le pain au chocolat, le gâteau au fromage blanc et l’éclair au café, le pain de viande et le steak « bleu ». Ah si seulement elle acceptait de manger des morceaux et tout ce petit monde succulent serait à elle ! En toute modération, cela va sans dire. Bientôt, sûrement plus vite que je le voudrais.

C’est peut-être pour cela que je suis à ma quatrième brioche en moins de deux semaines et on ne s’en lasse pas. Malgré quelques timides tentatives précédentes je n’ai jamais vraiment réussi à me familiariser avec la levure fraîche et en règle générale, tout ce qui touche à la pâtisserie ou à la boulangerie me remplit d’une humilité mêlée de crainte. Je ne sais pas vraiment ce qui a pu changer, sûrement ma façon d’approcher ce sujet intimidant mais pour la première fois j’ai vaguement l’impression de savoir ce que je fais. Pour les trois premières j’ai tenté de suivre encore une fois scrupuleusement la recette de base de Christophe Felder tirée de Pâtisserie et malgré quelques moments d’inattention j’y suis arrivée plutôt pas mal. Le résultat était riche en beurre, aéré, avec une très légère pointe de salinité, vraiment parfait au petit-déjeuner ou en dessert pour contrebalancer le sucré de la confiture ou des pâtes à tartiner.

Pour la quatrième cependant j’avais envie d’essayer quelque chose de plus léger et je me suis fortement inspirée du blog de Fanny Like a Strawberry milk dont je suis fidèle lectrice depuis des années.Celle-ci est effectivement moins chargée en beurre, plus légère et la pousse a été beaucoup plus impressionnante que pour les trois premières. J’utilise un robot Kitchenaid qui facilite grandement le pétrissage. Il faut toutefois noter que si on se tient aux quantités indiquées ci-dessous il faudrait probablement arrêter le pétrissage de temps en temps et l’aider d’un coup de spatule pour que tous les ingrédients soient vraiment bien incorporés. Je n’ai pas eu ce problème en doublant les quantités pour confectionner quelques roulés à la cardamome.

Pour la pâte

250 g de farine
35 g de sucre
3 oeufs
80 g de beurre
85 g de lait
10 g de levure fraîche
Une pincée de sel
1 oeuf pour dorer

La marche à suivre

Sortez les ingrédients à l’avance de sorte de pouvoir les utiliser à température ambiante.

Mettez dans la cuve de votre robot la farine, le sucre, le sel et la levure sans que cette dernière ne touche ni au sel ou ni au sucre. Ajoutez les œufs et le lait et à l’aide du crochet pétrisseur, pétrissez à vitesse lente approximativement 5 minutes jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène. J’avoue avoir ajouté une ou deux cuillères à soupe de farine une première fois car elle me paraissait un peu trop liquide, cela étant dit, un 5ème essai n’en a pas eu besoin. Ajoutez ensuite le beurre morceau par morceau et continuez le pétrissage d’abord à vitesse lente et ensuite à vitesse moyenne pendant une dizaine de minutes. Cela peut prendre quelques minutes de plus si vous avez conservé les quantités indiquées, si en revanche vous faites la double dose 10 minutes devraient suffire.

Laissez la pâte reposer dans la cuve du robot sous un torchon propre à température ambiante jusqu’à ce qu’elle double de volume. Chez moi je compte 1h30 – 2h.

Beurrez le moule à brioche et farinez légèrement le plan de travail. Sortez la pâte sur le plan de travail et formez-en un rectangle sans trop la travailler. Coupez le rectangle en 4 morceaux identiques, formez-en délicatement des boules et déposez-les dans le moule. Couvrez le tout du film alimentaire et laissez reposer encore 1h30 ou jusqu’à ce que la pâte double de volume.

Faites-chauffer le four à 170°C, chaleur tournante. A l’aide des ciseaux que vous auriez trempés dans l’eau froide pour éviter que la pâte colle, effectuez une incision au milieu de chaque quart de sorte à obtenir 8 petites boules similaires. Dorez-les avec l’œuf et enfournez pour une vingtaine de minutes. Vérifiez de temps en temps la cuisson car chaque four a ses petites particularités.

Sortie du four, laissez votre brioche tiédir un peu, démoulez-la et laissez-la refroidir sur une grille de pâtisserie. De toute évidence, c’est le premier jour qu’elle est la meilleure alors que toute la maison est encore remplie du parfum du pain fraîchement cuit. Hélas, chez nous, nous ne sommes que deux à en manger pour des raisons expliquées ci-dessus. Nous conservons donc nos brioches dans un sac en papier et les deux premiers jours nous les mangeons telles quelles. A partir du troisième jour nous les gardons au frigidaire et nous les faisons légèrement griller au grille-pain avant de les déguster avec du beurre aux cristaux de sel et à la confiture de myrtilles pour moi ou au caramel beurre salé pour Guillaume.

2 commentaires sur “Une envie de douceur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s