Un mariage vietnamien

kbqsovzrusn5gcdwijpma_thumb_2e39 Je suis arrivée quand la fête battait déjà son plein. Le chauffeur a eu un peu de mal à trouver l’adresse gribouillée pour moi sur un post-it par mon beau-père et pourtant il n’avait qu’à se laisser guider par le rythme entêtant des basses qui faisait vibrer le quartier entier. Les parents de Phuong avaient bloqué la petite rue menant à leur maison et y ont fait dresser une tente rouge et blanche. Sous cette tente se trouvaient les invités, seulement la famille et quelques amis, une bonne trentaine de personnes ainsi que les tables dressées pour le repas, les musiciens et deux énormes haut-parleurs qui rivalisaient entre eux à qui pourrait émettre le plus de bruit. Ce soir-là nous avons mangé des crevettes sautées aux épices, de la soupe très légèrement gluante et de petits flans sucrés. Une quantité innombrable de canettes de bière locale ont été vidées et puis abandonnées joyeusement sous les tables. Tout le monde a chanté au micro, à commencer par les parents de la mariée et ses nombreux cousins. Des chansons françaises, des chansons vietnamiennes, des chansons d’amour, de tout.

ezpdmlqqimppniq4itg5q_thumb_2e77hmkfrm5oquotqsr7tvvp5g_thumb_2e3e
ylzg7ssqruytayq0cq07mq_thumb_2e6fLe lendemain c’était une toute autre ambiance. Séance de coiffure à l’hôtel, les photos, un petit-déjeuner composé essentiellement de fruits et avalé à la va vite. Phuong et Alex étaient vêtus de somptueux costumes traditionnels vietnamiens et nous autres, nous avons tenté d’avoir l’air le plus chic possible dans cette matinée déjà humide et bien trop chaude. Nous sommes tous retournés en voitures décorées chez les parents de Phuong où un cortège a été formé pour parcourir les quelques mètres qui séparaient leur maison de la grande rue et ceci sous les yeux curieux des voisins et de quelques poules égarées. S’en est suivie une courte cérémonie bouddhiste et la présentation des cadeaux à la mariée comme il se doit dans la tradition vietnamienne.
uflxndmbrzeplh181pzrq_thumb_2e90 dgvofbdys26muanzs4dorg_thumb_2e24kblh0hacttchgxxxv1kcdg_thumb_2e2ecmsxsc3gtckydfnbdoylw_thumb_2e2d
mnvdygyrtrmfbnc9onga_thumb_2e6a48gcbbdsmpbjjowuu2sa_thumb_2e62vpl66lptgutoydrs29z2w_thumb_2e33Dans l’après-midi nous nous sommes retrouvés presque à huis clos à l’hôtel à cinq avec Phuong, Alexandre et mes beaux-parents pour porter un verre (de champagne bien sûr !) au bonheur des mariés. Il fallait traduire le discours français en anglais pour que Phuong puisse le traduire à son tour en vietnamien, rhabiller tout le monde, refaire la coiffure de la mariée, réussir un double noeud de cravate pour le marié ce qui fut un effort de longue haleine couronné d’un succès relatif. Dans la bagarre, il y a eu entre autres un cours donné sur le comment accrocher et fermer correctement des boutons de manchettes – toute une science qui se perd.
sqmnx2jytq6l2fu5mjmza_thumb_2e7duiblmolqrompxvcejkap7a_thumb_2ea3qa8fpkfoqtqt9ey421mhg_thumb_2eb1
La salle de fêtes se trouvait au bord du fleuve dans un immense bâtiment du style vietnamien entouré d’un jardin aux lampadaires et de petits ponts ombragés. Les 300 invités ont commencé à se rassembler vers 16 heures, salués tous avec une poignée de main par les parents et les mariés. Je ne saurais comment décrire exactement ce qui s’est passé par la suite mais il y a eu des danseuses traditionnelles, des discours, du faux champagne rose et fumant, des pétards et des ballons roses et blancs, des chansons interprétées par les invités, des plats exotiques (tel les chips d’arêtes de poisson) et de la bière et encore de la bière. A 19 heures c’était fini, il n’y avait plus qu’à balayer les canettes vides dans d’immenses sacs poubelle et à conduire les plus tenaces dans le bar karaoké continuer la soirée.
mmjjoknprn2bc1ujapkvna_thumb_2e9agnuz9o5cskidadzrpsmtwa_thumb_2ed1m3jbaoyjtgin1n3fuqlsua_thumb_2e0f
Le lendemain après une brève visite du marché à Hue je suis retournée à Hanoï chercher le reflet évanescent d’une ville d’un autre temps aux silhouettes fragiles de belles sortant le soir pour aller retrouver leurs galants. J’ai été accueillie par un flux constant et indifférent de scooters et de marchands ambulants, de troquets et de commerces de tous genres envahissant les trottoirs et par une pluie tenace. Pour ne pas faire du tort à cette ville, je dois dire que j’avais le coeur à toute autre chose. Ma petite famille à moi était restée à Tallinn à quelques milliers de kilomètres, je voyais Irène dans chaque bébé qui passait, perché sur la moto et serré entre son papa et sa maman, chaque couple que je croisais ne me faisait que languir encore plus de ce qui m’était ôté pour un temps bien que court.
b8hntb5tauocwpub3bmdw_thumb_2efc6bfqmk90txuuevcwitdkya_thumb_2effs7veoivsy2zngufkdgyg_thumb_2ef90zjurthftfo2j%5fswziaq_thumb_2ef0g55fv4itt3cnu0co9fia4q_thumb_2ee3od7kjqrrhokkw16hinaq_thumb_2eedhjvzuf4zsgovnicazetm4q_thumb_2eec
w3n85hzctzszah3pfvrow_thumb_2ee8Ce n’était qu’une fois sortie de Hanoï, au bord de la baie de Hao Long que j’ai pu retrouver un semblant de sérénité. Pour y aller, j’ai partagé un mini-bus avec une petite famille d’origine asiatique, probablement vietnamienne, un couple fraîchement marié d’américains et une mère qui voyageait avec son fils trentenaire. Aucune liaison rien qu’éphémère n’a été tissée lors de cette croisière et c’est peut-être la raison pour laquelle je l’ai trouvée particulièrement apaisante. Cela étant dit, ma curiosité m’a fait imaginer toutes sortes d’histoires concernant mes co-passagers et plutôt dans le verve de Woody Allen.
xg1oycedtf610lvzlsxlq_thumb_2f10eiisnjsmtjehstenc4oug_thumb_2f0d6psxcrirtgs5f4lqyut4g_thumb_2f1a
uyox1axythsivbe1qin1qa_thumb_2f16Dans le cohue du départ je n’avais pas pensé ni au maillot de bain ni aux shorts. J’ai dû donc faire l’impasse sur le canoë-kayak ainsi que la baignade dans les eaux, d’ailleurs plus grises qu’émeraude, de la baie mais après le dîner et les tours de passe-passe du barman je suis montée sur le pont et j’y suis restée longtemps admirer la nuit, captive de mes pensées errantes.

mb68tkfqmwkrc6jlahqew_thumb_2f1bjyxusik6qqsk6thlckkzjq_thumb_2f69rwqhndibrc6tylyx6kl3q_thumb_2f5f
abwfc1tfgcy35oomqmw_thumb_2f64De retour à Hanoï pour une deuxième fois je me suis laissée emporter par la ville. Je me suis promenée dans les rues nocturnes, j’ai mangé chez Madame Hien tout à fait par hasard, un monument colonialiste par son essence si on en cherchait et pourtant honteusement agréable dans ce monde déboussolant. Les magasins fermaient après dix heures du soir, même les petits, surtout les petits. Evidemment, Irène a été gâtée – impossible de ne pas céder à l’appel d’une robe de fêtes en laine grise et au tutu blanc, ou encore d’un haut avec une petite souris ou … enfin. Nous avons atterri à Tallinn sous la neige. Depuis il fait autour du zéro à -5. Autant dire que c’est la pleine saison de bouillons de poules et de petits pains à la cannelle.
zmivazniqugehpfd6kfkq_thumb_2fcaxbbywnruspi3bgeuwsrftw_thumb_2fc6tekptmeztnyrugnpkatea_thumb_2fb9dtnwoaiqiwah3qlgbokng_thumb_2fa8
Fondamentalement je suis d’avis que les voyages entrainent de la fatigue, de l’ennui et peut-être  quelques découvertes heureuses. Malgré cela et de façon complètement inexplicable alors que j’aime par dessus tout ma maison douillette il m’est impossible de réprimer l’envie de partir. Ce voyage-ci je dois l’admettre a été particulièrement enrichissant et pénible à la fois. Le hasard semblait m’avoir pris en grippe pour une raison inconnue et m’a fait voyager seule et sans bagages tout en multipliant par deux la durée des trajets les plus longs sans mentionner les désagréments mineurs. Et pourtant, ou plutôt grâce à toutes ces complications accumulées, de retour je me sens tel un Marco Polo des temps modernes. J’ai vu tellement de choses en ces quatre jours et qu’elles soient positives ou négatives est entièrement secondaire. Le mariage évidemment a été un moment très fort et émotionnel. Voir se réaliser le bonheur de deux personnes qui ont dû traverser tant de difficultés pour y parvenir est une expérience tellement rare et absolument exceptionnelle. Une nouvelle vie s’ouvrent à eux dans tous les sens du terme et plus encore pour Phuong qui quittent son pays afin de s’installer en France. Bienvenue Phuong, nous vous souhaitons à tous les deux tout le bonheur du monde.
vese0cddtxsbsepqqorjnw_thumb_2e18

2 réflexions sur “Un mariage vietnamien

  1. Merci Paivi pour ce jolie recit. Jespere que tu auras d’autres occasions de visiter le Viet Nam. Il y a tant de choses a decouvrir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s